Premiers pas en Inde

Départ du Népal

Après avoir passé un mois au Népal, je décide de me rendre vers l’Inde. Ce pays ne m’attire pas vraiment, mais je souhaite me faire un réel avis et ne pas simplement rester sur les histoires que j’entends. Certaines sont bonnes, d’autres mauvaises. L’Inde, on l’aime ou on la quitte. Voilà ce que je retiens. Pour quitter le Népal, je prends un bus. Je sais qu’au Népal, le stop n’est pas facile du tout. En un mois, j’ai appris à être particulièrement patient sur la route. Le stop est un concept inconnu. Dans les têtes des népalais c’est : « pourquoi ce blanc veut que je le prenne gratuitement alors qu’il a de l’argent ? » . Comprendre que je veux seulement les rencontrer est compliqué. Pour un chemin de 3h en voiture, cela m’a pris 2 jours de stop, avec à chaque fois, 30 minutes d’explications sur le stop qui se termine par un non ou un stop de 5km. C’est la fin de mon visa, je joue la sécurité.

Il est 5h du matin, je suis près de la frontière népalaise. Je sors du bus et me rend à pied à la frontière. Celle-ci est plutôt simple : une grande porte avec des militaires autour. Je passe par le bureau népalais, puis direction le bureau d’Inde. Je rentre dans le bureau et dis bonjour. Un homme compte sa monnaie et m’ignore. Je salue l’homme encore une fois. Aucune réaction. Ok, j’ai compris, je vais devoir attendre… une demi-heure plus tard, l’homme se lève, me fait un signe de la main et me donne un papier à compléter. Je n’entendrai jamais le son de sa voix, mais je suis enfin en Inde. Premier gros changement pour moi : après un mois de voyage au Népal, je retrouve les routes goudronnées ! Quel plaisir de ne plus sauter dans tous les sens à chaque seconde !

Débuts difficiles

Arrivé en Inde, je pars tenter le stop pour rejoindre la première gare du coin. Autour de moi, seulement des bus et des jeeps touristiques. Personne ne peut me prendre sans avoir de l’argent en retour. J’attends que la frontière ouvre pour les véhicules, mais aucun ne souhaite me prendre. Je me retrouve face aux mêmes situations qu’au Népal. Expliquer ce que je fais pour rien. Finalement, je décide de prendre une jeep pour aller à la gare et prendre un train pour Agra. Je n’ai pas vraiment dormi les deux dernières nuits, je dois me reposer. Arrivé à la gare, je pars acheter un ticket. Une action simple chez nous et particulièrement compliquée en Inde. La première action qui me fera comprendre, avec toutes les autres qui suivent, qu’il n’y a aucune logique en Inde.

Je m’avance vers un guichet et demande un ticket. On m’indique qu’il faut aller en face. Je vais en face, on me dit qu’il faut aller au fond à droite. Une fois à l’endroit, on me dit d’aller à droite. La personne au guichet de droite me dira de retourner au deuxième guichet que j’ai visité. Je ne sais pas si vous avez déjà vu « Les douze travaux d’Astérix », mais je vis à ce moment la même scène qu’Astérix et Obélix dans le bureau d’administration. Finalement, on me dit qu’il faut sortir de la gare et marcher 3km vers un autre bureau. Je dois prendre un ticket de train, mais pas dans la gare ?! Ok, ok. J’y vais et trouve un homme qui m’explique que je peux aller sur la liste d’attente pour le train d’Agra. Aujourd’hui encore, je ne sais pas ce qu’est la liste d’attente. Personne n’a su m’expliquer ça. Mais quoi qu’il arrive, je dois payer un ticket pour un train que je ne peux peut-être pas prendre. Bref, je ne comprends rien. Je dois attendre mon train 6h.

Quand il arrive, je vois un homme se faire taper avec un bâton par la police, des centaines de gens courir dans un wagon et personne pour m’aider. D’autres touristes sont totalement perdus. Nous avons un ticket avec un numéro, mais on ne voit pas de numéro sur le wagon et aucun contrôleur. Un homme m’indique un wagon, puis dans le wagon on m’en indique un autre. Finalement, je finis sans siège entre deux wagons, avant qu’un militaire me fasse entrer dans un autre wagon. Je n’aurai pas de place, mais plus tard, un contrôleur m’en indique une. Mais l’homme ne veut pas se lever, finalement, je resterai assis sur un lit avec 5 autres personnes. J’arrive à Agra après plusieurs heures de retard que j’ai dû passer dans une gare de transfert infestée par les rats, détritus et chiens errants qui se battent ensemble. Arrivé à Agra, je rencontre un autre groupe de touristes. Nous décidons de partir prendre un hôtel ensemble. Ces premières 24h en Inde ont déjà été fatigantes. Que me réserve le pays pour la suite ?

inde-14copie

  • Like it?

  • Categories:

  • Date:

  • Author:

  • Comments:

  • More sharing options

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *