Nagasaki

Nagasaki

Nagasaki se trouve vers le sud-est du Japon. Le lieu est tristement célèbre car il a été la victime de la deuxième bombe nucléaire lâchée sur le pays durant la seconde guerre mondiale. Bien que cette histoire fascine un bon nombre de touristes dans la ville, je ne suis pas là pour ça. Mon but est de visiter Gunkanjima, une fameuse île remplie de bâtiments à l’abandon. C’est clairement le lieu abandonné le plus célèbre et prisé du Japon. Je veux rester une journée à l’intérieur. D’après mes contacts, c’est aujourd’hui difficile, voire impossible.

nagasakitourdumonde-5 copie

nagasakitourdumonde-6 copie

nagasakitourdumonde-7 copie

Une glace d’un mètre

nagasakitourdumonde-4 copie

Ma nuit à l’hostel dans un hamac

Le musée d’art contemporain

Il n’y a pas grand-choses à faire si on esquive le côté « bombe nucléaire » à Nagasaki. Alors que j’étais à mon hostel en train de réfléchir à ce que je pouvais faire dans la journée, je rencontre un groupe de professeurs qui vient de débarquer au Japon. Ils vont enseigner ici l’anglais pour un petit moment. Nous sympathisons un peu et je finis par passer la journée avec eux. Ils avaient prévu d’aller au musée d’art contemporain de la ville. Bien que les musées ne m’intéressent pas des masses, je les suis. L’exposition éphémère était basée sur les lumières et l’interactivité. Au final, c’était simplement des sortes de jeux qui utilisaient Kinect, un périphérique pour console de jeu vidéo. Pour le coup, c’était intéressant de voir comment le jeu vidéo s’incrustait dans le décor du musée.

nagasakitourdumonde-1 copie

nagasakitourdumonde-2 copie

nagasakitourdumonde-3 copie

Mission Gunkanjima

Dès le premier jour, j’ai essayé d’obtenir le maximum d’informations sur qui contacter pour aller sur ma fameuse île. Actuellement, il y a entre 2 et 4 tours touristiques qui permettent de visiter une partie minuscule de l’île. Mon but est d’obtenir une autorisation pour parcourir plus pleinement le lieu. De fil en aiguille, je rencontre des gens de diverses administrations jusqu’à enfin arriver à la personne qui gère Gunkanjima. Je lui explique mon projet et mens un peu en racontant que je bosse sur quelques magazines, mais rien n’y fait. D’autres avant moi ont eu cette autorisation, mais aujourd’hui, tout est bouché. L’UNESCO est sur l’île et toute la communication est totalement fermée. Tout est maîtrisé de A à Z, plus personne ne va sur l’île sans autorisation. Dommage… Première grosse déception ! Je décide malgré tout de faire un tour touristique, histoire de voir au moins une fois l’île. Retrouvez ma visite de l’île en cliquant ici.

gunkanjimatourdumonde-1 copie

  • Like it?

  • Categories:

  • Date:

  • Author:

  • Comments:

  • More sharing options

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *